« Aimer cette terre avec les yeux de ceux qui ne sont pas encore nés »

Mon journal préféré, La Croix, sort ce mardi 2 octobre 2014, son numéro 40000 ! Voilà un journal qui existe depuis plus de 130 ans, « avec ses ombres […] et ses lumières » (Dominique Quinio dans l’éditorial du jour). La Croix vient aussi de se voir désigné « meilleur quotidien de l’année » lors du Grand prix des médias décerné par le magazine CB News. Bravo, doublement !

Pour ce numéro particulier, la version papier nous donne les réflexions de 40 personnalités invitées à s’exprimer en 1000 signes sur « demain ». Le Cardinal Roger Etchegaray conclut sa contribution avec cette phrase : « c’est beau d’aimer cette terre avec les yeux de ceux qui ne sont pas encore nés. »

Voilà l’émerveillement d’un homme qui la connaît bien cette terre après toutes ses missions accomplies dans la discrétion à la demande des papes successifs. Ce basque, fier de l’être, est incontestablement un amoureux de l’humanité. Il élargit ici son regard aux dimensions de la planète, une planète soumise aux outrages du climat et à la violence des hommes, que l’on plaint plus souvent qu’on ne l’admire.

« Aimer avec les yeux ». Cette expression me rappelle mes apprentissages en communication : on s’exerçait au ‘regard positif’ dans une éducation exigeante. Nous apprenions à voir en priorité ce qui est beau, ce qui est bon, ce qui est vrai dans l’autre. Pour lui donner l’importance qui lui revient, et ne laisser au négatif qu’une place secondaire. Pas de ‘demain’ possible sans espérance ; et pas d’espérance sans cette base positive. Pas de ‘demain’ ensemble sans ce regard positif.

Mais ce n’est pas tout. Il s’agit des yeux, du regard, « de ceux qui ne sont pas encore nés ». Le chrétien qui s’exprime ici, pense très certainement à ces fils de lumière que chaque homme est appelé à devenir en ressuscitant comme Jésus. Peut-être le sommes-nous déjà un peu, comme ces braises qui ne demandent qu’à jaillir au premier souffle venu. A minima, il s’agit de tous ces petits d’homme, appelés à naître pour prendre le flambeau de ‘demain’.

Quel merveilleux programme, dans tous les cas, que de prêter un regard positif, projeté dans l’avenir, pour voir, pour dessiner, pour mettre en forme à la fois notre planète et l’humanité qui l’habite, telles qu’elles seront après que nous aurons terminé notre temps ! Nous savons que tout projet concret n’a de chances de se réaliser que s’il est susceptible d’être imaginé, c’est-à-dire, au sens propre, d’être représenté par une image. Et nous connaissons la force qui anime une image positive !

Alors oui, il est beau d’aimer cette terre avec les yeux de ceux qui ne sont pas encore nés. Apprenons donc à voir le monde comme ceux qui nous suivront le verront. Ne retenons que les images positives qui seront les leurs. Arrêtons nos gémissements et que ces images nous transportent pour construire dès maintenant sans attendre ce monde de ‘demain’. Notre bonheur d’aujourd’hui doit très certainement se nicher là.

Daniel DUBOIS

pdf Version PDF

Tous droits réservés © Daniel Dubois – Décines, 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *